Newsletter

Solidarité : coiffeurs et fabricants en première ligne

adobestock-319245227-854x569

Alors que les coiffeurs se sont souvent déchirés entre partisans de la franchise et farouches défenseurs du positionnement indépendant, voilà une initiative qui dépasse aujourd’hui ce clivage classique. Fort de ses 2000 salons hexagonaux, et sous l’impulsion de son président Franck Provost, le groupe Provalliance (Franck Provost, Jean Louis David, Saint Algue, Maniatis Paris, Intermède, Coiff & Co…) a décidé de faire don aux pharmacies les plus proches de ses salons de la totalité de leurs stocks en sprays et lingettes désinfectantes, gants en latex, etc., ainsi que de la totalité des stocks équivalents des 200 magasins Bleu Libellule.

« Les officines pourront distribuer gracieusement ces produits à toutes les professions médicales et paramédicales qui sont mobilisées pour nous ainsi qu’aux personnes les plus vulnérables, explique Franck Provost. Le choix s’est porté sur les pharmacies pour une action de terrain au niveau local là où les besoins semblent se faire le plus cruellement ressentir. »

Un appel à tous les coiffeurs

Mais le patron du premier groupe de coiffure européen ne fait pas que mettre sa force de frappe au service de la collectivité : il lance un appel à tous les professionnels de la beauté - coiffure et esthétique – et souhaite les inciter à faire de même, en déposant également auprès des pharmacies leurs stocks de produits antibactériens, désinfectants, gants et autres. Le tout sous la bannière #JeSuisCoiffeurSolidaire qui dépasse largement son groupe et sa position sur le marché, et n’y fait d’ailleurs pas référence.

Les fournisseurs en ordre de marche

Un élan de solidarité qui fait écho à ce que sont en train de faire les fournisseurs du marché professionnel qui, les uns après les autres, orientent toute leur capacité de production vers la fabrication de gel hydro-alcoolique à destination des services hospitaliers français. Le géant du luxe et du parfum LVMH avait réagi très vite, les spécialistes de la cosmétique lui ont embrayé le pas. Réservée jusqu’ici aux fabricants de détergents et aux pharmaciens, la production de gels hydro-alcooliques est en effet autorisée depuis le vendredi 13 mars, sur arrêté ministériel, aux entreprise du secteur cosmétique.

usine perma 1

L'usine de production d'Eugène Perma, près de Reims © D.R.

 

Le groupe Eugène Perma s’est ainsi très rapidement engagé dans l’effort national, en produisant des lotions hydro-alcooliques à destination des hôpitaux sur son site de Parchimy à Reims (déjà plus de 100 000 unités de 100 ml offertes aux hôpitaux), tout comme le groupe Sublimo le fait dans son usine près de Périgueux, et le groupe Coty/Wella, qui ajuste sa production « pour fournir du gel hydro-alcoolique en grandes quantités ». Le groupe Henkel prévoit également de fabriquer des lotions désinfectantes dans des sites de production sélectionnés.

Le Laboratoire Ducastel, une entité du groupe Alès située dans le Lot, s’est aussi mobilisé, en produisant des solutions hydro-alcooliques pour les professionnels de la santé, les pompiers ainsi que les acteurs de l’aide à domicile des personnes. Le groupe Alès a aussi expédié 55 000 flacons à destination des pharmacies.

laboratoire ducastel site de castelfranc lot

L'usine du Laboratoire Ducastel à Castelfranc (Lot) © Alès Groupe

 

Le groupe L’Oréal met bien évidemment également en place la fabrication de gel-hydro alcoolique, et ce à plusieurs niveaux: à destination des hôpitaux, des professionnels de la santé et pharmacies, ainsi que de la distribution alimentaire. Le groupe le fait dans le cadre d’un grand plan européen de solidarité pour soutenir la lutte contre le coronavirus.

Du gel hydro-alcoolique pour les plus démunis

Le groupe pense aussi aux plus démunis : la Fondation L’Oréal a décidé de faire un don d’un million d’euros à ses associations partenaires engagées dans la lutte contre la précarité. Les associations soutenues tout au long de l’année par la Fondation L’Oréal se verront ainsi proposer des kits d’hygiène (gel douche et shampooing) et du gel hydro-alcoolique à destination des travailleurs sociaux, des bénévoles et des bénéficiaires. D’autres acteurs du marché, qui n’ont pas forcément communiqué sur le sujet, vont sans doute également proposer de fabriquer gratuitement ce type de lotion désinfectante.

fondation l oréal

Visuel : Fondation L'Oréal © D.R. 

 

Le groupe Henkel fera quant à lui un don de 5 millions de produits d'hygiène personnelle et domestique (désinfectants, savons, équipements de protection..) à travers le monde. Il a aussi décidé de donner 2 millions d'euros au fonds COVID-19 de l’OMS et de la Fondation des Nations Unies, ainsi qu’à des organisations sélectionnées.

Reste que le problème principal, en France, malheureusement, reste à ce jour le manque de masques, du fait d’une grande incompétence des gouvernements successifs, depuis 10 ans, en matière de gestion des risques sanitaires. Les entreprises privées essaieront peut-être d’apporter leur contribution à ce niveau-là aussi, comme le font déjà certains particuliers ou professionnels, même si elles ne pourront pas a priori compenser l’énorme manque : c’est à l’Etat de rattraper son erreur et de mettre les bouchées doubles…

Gel des créances et paiement comptant aux TPE

Sur un plan économique, la majeure partie des grandes entreprises a entendu l’appel à faire preuve de solidarité envers les plus petites structures : L’Oréal va geler l’ensemble des créances des TPE/PME de son circuit de distribution (salons de coiffure, petites parfumeries) jusqu’au redémarrage de l’activité. Concernant ses fournisseurs les plus fragiles, le groupe raccourcira ses délais de paiement en systématisant le règlement comptant.

Coty met en place un report de 30 jours du paiement des factures, et arrête tout prélèvement sur cette période. Henkel améliore les conditions de paiement pour ses clients coiffeurs de petites et moyennes tailles, afin de les soutenir en cette période difficile.

Nul doute que les fournisseurs des coiffeurs qui n’ont pas encore communiqué sur leurs pratiques les adapteront aux difficultés colossales des petites entreprises. Un certain nombre d’entreprises ont déjà fait preuve de solidarité envers les coiffeurs, par des politiques de réductions ou de gratuité pour certains services.

Nécessité d’un plan d’aide pour les indépendants

Même si tout le monde a sans doute bien conscience que cela ne réglera pas le fond du problème, à savoir que les salons ne vont plus avoir de chiffre d’affaires ni de revenus pendant sans doute plus d’un mois, et qu’il sera difficile de faire face aux créances « gelées » et reportées, qui vont s’accumuler. La crise sanitaire étant en train de créer une crise économique, il faudra nécessairement un plan d’aide massif pour les TPE/PME dès que possible, avec un volet spécifique pour les indépendants, qui n’ont pas droit au chômage. Mais ceci est une autre histoire…

23/03/20

Newsletter