Newsletter

Edito mars 2021

Tournant

En ces temps incertains, angoissants, il y a quand même une bonne nouvelle pour les coiffeurs : c’est que vous ne vous serez pas mis « à poil » pour rien ! Il n’aura échappé à personne en effet que, pour ce 3ème round de restrictions, les coiffeurs ont vu la roue tourner de la case « non essentiels » à « bigrement indispensables » !

Ils sont désormais jugés aussi importants que la boulangerie, la pharmacie ou l’épicerie de quartier… Ne boudons pas notre plaisir : c’est un vrai tournant ! Une évolution majeure du regard habituellement porté sur les coiffeurs. Certes, cela ne sauvera pas votre salon, s’il est au bord de la faillite, cela ne comblera pas vos pertes, mais cela pourrait vous aider à recruter, à attirer des profils plus motivés, au fur et à mesure que la profession prend de la valeur dans l’opinion publique.

Des actions coup de poing marquantes

Comment ne pas se souvenir de celles et ceux qui, en novembre dernier, avaient bravé leur pudeur ou leurs réticences pour se montrer dans leur plus simple appareil, histoire d’illustrer comment la crise et cette deuxième fermeture imposée allaient les mettre, littéralement, « à poil » ? Histoire de montrer aussi, à quel point ils étaient… à bout. A bout d’arguments et à bout de souffle. Mais, toujours, et même « à poil », quoi qu’on en dise, magnifiquement dignes. (Voir article : "A poil !" : le cri de colère des coiffeurs)
 

Ces coiffeurs et coiffeuses gonflés avaient alors essuyé des critiques, la méthode avait pu être jugée vulgaire, ou racoleuse, tandis que d’autres avaient compris et soutenu la démarche… à 200% ! A l’heure de l’image et des réseaux sociaux tout puissants, comment mieux faire passer un message, quand on n’est pas entendu, qu’en frappant fort les esprits et la rétine ?

Ces coiffeurs-là avaient eu tout mon respect et tout mon soutien, relayés sur Brunette, dès l’origine. Ils avaient suivi le panache du coiffeur havrais Jean-Charles Gérard, et d’autres artisans et professions libérales avaient fait de même. Plus de 4 mois après, force est de constater que cette initiative audacieuse aura sans doute contribué, entre autres choses, à faire bouger les lignes.

Tout comme les passages répétés sur les plateaux de télé de coiffeurs et formateurs indépendants, ou les interventions fréquentes des présidents des syndicats professionnels, Christophe Doré (pour l’Unec) et Franck Provost (pour le Cnec). Un pic de visibilité que j’avais également souligné et dont je m’étais félicitée car, oui, c’est la loi de l’époque : pour être entendu, il faut être vu. (Bernard Stalter, président de l’Unec disparu de la Covid en avril dernier, serait fier de la profession, de sa combativité, de sa médiatisation.)

Des coiffeurs responsables et essentiels

Au final, et un an après ce sinistre 17 mars 2020, premier jour du premier confinement français, les coiffeurs sont reconnus comme essentiels. Et leur sens des responsabilités se voit validé par les pouvoirs publics alors même que, du fait de leur métier, ils sont au plus près de leur clientèle… Plus près que n’importe quel commerçant ou artisan, mais tellement respectueux du protocole sanitaire, depuis le premier déconfinement, qu’aucun cluster n’a jamais été mis en évidence dans un salon.

C’est une double victoire, un réel motif de satisfaction. D’abord les coiffeurs ne sont plus seulement « sympa », « gentils » : ils sont pro, crédibles, sérieux, ultra rigoureux en termes de sécurité sanitaire. Et puis on reconnaît qu’ils sont indispensables à notre moral, à notre bien-être. Le souci de l’apparence, à l’heure où nous sommes tous fragilisés, n’est plus un détail, une futilité (ce qu'il n'a jamais été) : c’est la traduction de notre estime de nous-mêmes, de notre mental.

Se couper les cheveux, la barbe, se soucier de sa coloration, c’est aussi ne pas lâcher prise, ne pas abandonner. Ne pas devenir le fameux yéti qui avait tant fait rire sur les réseaux sociaux lors du 1er confinement.

Vigilance et solidarité

Les difficultés restent immenses pour les salons de coiffure, déjà affaiblis par des mois de couvre-feu à 18h. Pour tous les salons fermés depuis des semaines parce qu’installés en centres commerciaux, en particulier. Pour les instituts de beauté, fermés également, et qui ne bénéficient pas de ce regain de faveur et de considération. Réjouissons-nous, donc, pour ceux qui peuvent continuer leur activité, tout en restant solidaires de ceux qui sont moins bien lotis, et en gardant en tête que les choses peuvent changer très vite.

Et ayons aussi une énorme pensée pour tous ces coiffeurs fermés, en Europe, depuis des mois, pour la 3ème ou la 4ème fois consécutive (au Royaume-Uni depuis début janvier, avec une perspective de réouverture, au mieux, le 12 avril ; en Belgique pendant 3 mois, et après quelques semaines de réouverture, soumis à une nouvelle fermeture dès ce samedi…).

La France a évité jusqu’ici un re-confinement « dur », ses dirigeants ont parfois été critiqués pour cela (comme ils l’auraient été s’ils avaient reconfiné dès janvier), mais force est de constater que les pays qui en sont à leur 3ème ou 4ème confinement ne sont guère en meilleure posture…

Je n’aurai pas la prétention de savoir mieux que nos dirigeants ce qu’il faut faire : la crise est inédite, les nouveaux variants incontrôlables. Dépister mieux, vacciner plus, ce serait bien. Mais, déjà, permettre à un certain nombre de salons de rester ouverts, de continuer à travailler, quand on voit ce qui se passe ailleurs, c’est vraiment bon à prendre. Et ça n’est pas le fruit du hasard…

Newsletter