Newsletter

Kevin Murphy s’engage pour les océans

2-photo-en-haut-du-texte

La marque australienne de produits professionnels de coiffure est en train de faire un grand saut : d’ici à fin 2020, elle devrait en effet avoir changé toute sa chaîne de production, de façon à pouvoir proposer, pour toutes ses gammes, des emballages réalisés en plastique recyclé issu des océans. OWP, pour Ocean Waste Plastic, c’est le nom du programme qui a ainsi été officiellement mis en œuvre par l’entreprise de cosmétiques. Le premier produit au packaging entièrement réalisé en plastique recyclé issu des déchets océaniques est sorti cet automne : c’est Angel.Wash, un shampoooing volumateur et nourrissant pour cheveux fins, un produit signature de la marque.

Bientôt plus de plastique que de poissons dans l’océan…

Pour rappel, c’est en 2018 que Kevin Murphy, le fondateur de l’entreprise, avait pris la décision de fabriquer des bouteilles en plastique 100% recyclé issu des océans. Il s’était basé sur des chiffres glaçants : aujourd’hui, ce sont ainsi 150 millions de tonnes de plastique qui polluent nos océans. Et 8 millions de tonnes de plastique de plus y sont déversés chaque année. En 2010, le secteur de la beauté a généré 65,6 milliards d'unités d'emballage en plastique et, en 2017, 76,8 milliards d'unités… Et encore ! Ces chiffres ne concernent que les emballages « réels » (bouteilles, bocaux, rouges à lèvres, etc.) et non les emballages secondaires (boîtes en carton…). Au total, d'ici à 2050, il y aura plus de plastique dans nos océans que de poissons…

3 pour couper l article

La responsabilité du secteur de la beauté

« L’industrie de la beauté contribue énormément aux 8 millions de tonnes de déchets déversés dans les océans du monde entier chaque année, rappelle Kevin Murphy. Je ne voulais pas faire partie du problème, mais de la solution. » L’idée, pour le fondateur de cette marque à la philosophie alternative depuis l’origine (inspirée de l’aromathérapie et basée sur les huiles essentielles, le principe d’agriculture raisonnée, etc.), et initialement conçue pour le milieu de la mode, est aussi celle-ci : « lancer une discussion dans l’industrie qui incitera les marques de beauté et, espérons-le, d’autres entreprises, à prendre des décisions écologiques en matière de conditionnement. Et d’enfoncer le clou : alors que nous nous trouvons au bord d’un changement climatique irréversible, je veux avoir la certitude de faire tout ce que je peux, en tant qu’individu et en tant que marque, pour réduire au minimum l’impact des humains sur l’environnement », déclare Kevin Murphy.

4 pour couper l article

Plus de 14 millions d’emballages en plastique recyclé

Au final, et d’après les chiffres communiqués par la marque, chaque emballage fabriqué à partir de OWP équivaudrait à retirer de l'océan quatre à cinq sacs plastique. Kevin Murphy produira cette année 14,5 millions d'emballages à partir de déchets océaniques, ce qui signifie que la marque collectera plus de 360 tonnes de plastique provenant des océans et des rivières. Cela équivaut à retirer 14 millions de bouteilles en plastique de l'océan. Et évidemment, ce nouvel emballage est également recyclable. En France, Vincent Tercé, le très dynamique directeur général de la marque, a d’ailleurs décidé « d’aller au bout de l’engagement » en s’associant à La Collecte du Coiffeur, sous la responsabilité de Blandine de la Théardière. Laquelle a pour but de collecter dans les salons de coiffure bouteilles en plastique, tubes de coloration, aérosols, afin de les recycler grâce à une véritable économie circulaire, au sein d’usines agrémentées pour générer de l’énergie renouvelable.

 


 

Kevin Murphy en chiffres

La société de cosmétiques capillaires professionnels a été créée il y a 17 ans en Australie par le coiffeur Kevin Murphy, lorsqu’il a rencontré des problèmes d’allergie au niveau de son cuir chevelu. Les produits Kevin Murphy sont notamment développés à partir d’huiles essentielles pures, d’extraits de plantes sauvages et d’antioxydants naturels provenant de sources renouvelables et durables.

La marque est aujourd’hui présente dans 63 pays, et a réalisé un chiffre d’affaires mondial de 250 millions de dollars en 2018. Elle est distribuée en France depuis 2012, à travers 510 salons partenaires, et y a réalisé un chiffre d’affaires de 5,7 millions d’euros au cours du dernier exercice. Elle y a enregistré une croissance « à deux chiffres ».

16/12/19

Newsletter