Newsletter

Jacques Dessange : décès d’un géant

C’est un géant de la coiffure, au nom mondialement connu, qui vient de tirer sa révérence dans sa Sologne natale : Jacques Dessange nous a quittés le 7 janvier, à l’âge de 94 ans. Après Jean Louis David et Patrick Alès, ces derniers mois, c’est l’un des derniers mythes de la coiffure qui vient de s'éteindre. Même l’Elysée s’est fendu d’un communiqué, sensible, bien renseigné et parfois même lyrique, fait excessivement rare pour la disparition d’un coiffeur. C’est dire si l’homme a marqué son pays : on peut dire, sans exagération, qu’il fait partie de notre patrimoine culturel, tout en ayant été un des précurseurs en termes de franchise, et en ayant fait de son groupe un empire international. Un coiffeur, un artiste, un businessman, un patron, il était tout ça à la fois. Un homme aux multiples facettes, comme bon nombre de coiffeurs, d’ailleurs, souvent chefs d’entreprises et créateurs à la fois. 

Un homme instinctif et visionnaire

« Il a porté à un niveau exceptionnel toutes ses qualités, qui sont celles de la profession, remarque ainsi Emmanuel Gasnot, président du directoire du groupe Dessange International. Il faut que les grands disparaissent pour qu’on parle de la coiffure de manière élogieuse... Et de poursuivre : c’était un homme d’une exigence rare. Il était très instinctif, et visionnaire. »

aa jacques dessange coiffant un modèle à l occasion des premiers shows prestige et création dans les années 60 drJacques Dessange coiffant un modèle à l’occasion des premiers shows Prestige et Création dans les années 60 © D.R.

Le siège parisien est encore très imprégné de cette success-story à la française, d’ailleurs, « sans nostalgie aucune », comme le précise Emmanuel Gasnot. Mais, chez Dessange, on cultive le sens de l’histoire. Et c’est bien légitime. Car on doit à cette grande maison française rien moins que le fameux-décoiffé, le blond californien et le balayage : autant dire des piliers de la modernité et du glamour, capillairement parlant…

Exit les coiffures figées des fifties

Comme le rappelle le communiqué du groupe, « Jacques Dessange a commencé sa carrière à une époque qui ne laissait que peu de place à la fantaisie et à la liberté, et a réussi à imposer un style à la fois sophistiqué et naturel avec des créations qui sont devenues des incontournables de la coiffure. »

bb jacques dessange devant son salon du 37 avenue franklin roosevelt accompagné de cinq jeunes femmes dans les années 1960 drJacques Dessange devant son salon du 37 avenue Franklin Roosevelt accompagné de cinq jeunes femmes dans les années 1960 © D.R.

Flash back : Jacques Dessange, fils de coiffeur mais surtout formé à la coiffure masculine, « monte » à Paris en 1945 pour se frotter à la coiffure « dame », dans laquelle il est certes moins expert, mais pour laquelle il a, aussi, des convictions et des goûts bien arrêtés. Après s’être fait renvoyer de différents salons une bonne dizaine de fois, il est repéré par le grand coiffeur parisien du moment, Louis Gervais, chez lequel il fait ses armes et imprime sa patte, déjà, à l’opposé des coiffures très figées de l’époque. Il y développe un style plus flou, plus libre, partant du principe que la femme vit, doit pouvoir bouger… et ses cheveux aussi.

B.B., l’égérie de la French Touch

Il commence à coiffer des stars, et lorsqu’il ouvre son salon et crée sa marque en 1954, au 37 avenue Franklin-Roosevelt, le Tout-Paris est déjà là. Pour Brigitte Bardot, il imagine le chignon dit choucroute, qui laisse échapper quelques mèches, et qui devient une coiffure iconique et terriblement avant-gardiste. 

cc brigitte bardot au brésil en 1964 drBrigitte Bardot au Brésil en 1964 © D.R.

« N’oublions pas qu’avant les années 70, les femmes étaient encore gainées, dans leurs vêtements comme dans leurs coiffures, souligne Bruno Weppe, coiffeur studio qui a travaillé dans les années 1970 chez Jean Louis David, entre autres. Côté cheveux, tout était laqué, mis en plis, crêpé, avec de gros volumes. Mai 68 est passé par là, et a libéré cheveux, corps, vêtements. Alors quand, dès 1956, dans le film ‘’ Et Dieu créa la femme ‘’, Brigitte Bardot, coiffée par Jacques Dessange, arrive pieds nus, dansante, cheveux blonds lâchés et en bataille, c’est une révolution. Elle devient l’image de la femme française dans le monde, indomptable, libre. »  

Stars et modernité

L’icône précédente, c’était Marilyn Monroe, au glamour sublime mais contrôlé au millimètre et à la mèche près… Jacques Dessange, lui, s’adapte aux besoins des femmes et contribue vraiment à les libérer. Il travaille pour les maisons Dior, Chanel, Carven, les stars viennent à lui, il coiffe rapidement les vedettes du cinéma grâce, notamment, à B.B., qui l’introduit au Festival de Cannes : Jean Seberg, Jeanne Moreau, et bientôt Liz Taylor, Marlene Dietrich ou encore Ava Gardner.

dessange est le coiffeur officiel du festival de cannes depuis plus de 60 ans drDessange est le coiffeur officiel du Festival de Cannes depuis plus de 60 ans © D.R.

Il accompagne le Festival de Cannes dès 1958, et devient partenaire officiel de ce grand rendez-vous du cinéma international dès 1984. Au milieu des années 60, il rencontre Bruno Pittini, qui devient son coiffeur star et qui sera pendant plus de 20 ans le directeur artistique de la marque, connu dans le monde entier. Il développe avec brio l’art du « coiffé-décoiffé » et confirme et consolide l’ancrage de la maison Dessange dans la modernité, avec notamment la coupe culte Ana Bis, en 1983, une coupe courte dégradée savamment décoiffée qui est un succès immense. Et qui fait aujourd’hui partie de l’ADN de la marque, séduisant coiffeurs et clientes de tous âges. Jacques Dessange, qui a toujours su s’entourer à tous les niveaux (artistique, formation, développement…) avait passé les rênes à son fils Benjamin dès 2004, s’était retiré en 2008. Même si cette transmission s’était avérée plus chaotique que prévu, la nature humaine étant aussi complexe qu’imprévisible, elle n’a pas entaché le nom d’une maison de coiffure qui reste l’une des plus belles et des plus connues au monde, ni le souvenir d’un grand monsieur de la beauté.

dd le salon du 39 avenue franklin roosevelt à paris à un numéro près pile à l endroit où le coiffeur a ouvert en 1954 drLe salon du 39 avenue Franklin Roosevelt à Paris - à un numéro près, pile à l'endroit où le coiffeur a ouvert en 1954  © D.R. 


Le groupe Dessange International en chiffres

Le groupe Dessange International, c’est près de 1600 salons dans 43 pays (Dessange, Camille Albane, Fantastic Sams), essentiellement sous forme de franchises, dont environ 600 pour les enseignes Dessange et Camille Albane. C’est aussi un distributeur, Coiff’Idis. En 2018, le groupe avait réalisé un chiffre d'affaires de plus de 100 millions d'euros. Il fabrique ses produits professionnels Phytodess, à destination de ses franchisés, sur le site de Guidel (Morbihan), dont il est propriétaire. Et se positionne comme un acteur majeur de beauté globale (coiffage, coloration, soin, maquillage).

16/01/20

Newsletter